HONEYMOON : JAPON

Un voyage de noces au Japon

Dans notre dernier opus papier, INTO THE WHITE, nous vous avons emmené en voyage au Japon, et nous vous avons fait découvrir les bonnes adresses de notre contributrice, grande voyageuse et amie, Flora Richard. On vous en dévoile les contours sur le blog.

Le Japon c’est d’abord Tokyo, cette ville complètement dingue, saturée de buildings, de néons et de musiques incessantes, et puis c’est aussi Kyoto, la ville aux deux mille temples, ou encore les paradis naturels que sont Hokkaido, Nikko et Hakone.

Le Japon, c’est un archipel d’îles innombrables aussi différentes les unes que les autres. Bref un pays plutôt vaste et culturellement très riche, dont vous ne ferez pas le tour en un seul passage. Pour voir et profiter d’une grande palette de ce qu’il a à offrir, nous vous avons concocté un beau parcours de deux semaines.

Air France propose des vols directs sur Osaka et Tokyo et offre la possibilité d’arriver dans une ville et de repartir de l’autre pour un tarif aller-retour classique, un bon moyen de voir plus de pays en prenant moins de transports. Il faut savoir aussi que le train est le meilleur moyen de transport au Japon, son réseau est extrêmement dense et efficace.

De plus, pour les étrangers il est financièrement très intéressant puisque Japan Rail offre la possibilité d’acheter des pass plutôt bon marché, par région ou pour le pays tout entier.

Osaka est une ville de taille moyenne très agréable, assez représentative du Japon actuel et très internationale à la fois, c’est d’ailleurs sûrement l’endroit où les Japonais parlent le mieux anglais.

Le quartier à ne pas rater (et où dormir) c’est Minami (Namba) où se trouve la fameuse rue et le canal Dotonburi, avec tous ses restaurants, clubs et néons. Non loin de là, vous trouverez un marché que l’on a particulièrement apprécié pour le shopping, la nourriture et l’ambiance locale, le Kuromon Ichiba market de Nipponbashi.

Si vous voulez vous plonger dans l’histoire du Japon, vous pourrez visiter le château d’Osaka, un imposant et magnifique édifice aux airs de temple.

Osaka c’est aussi la ville qui a inventé les nouilles instantanées, les Mikado (« Pocky » là-bas), et les takoyaki (boulettes de poulpe) qui sont donc incontournables. Personnellement je préfère leur autre spécialité culinaire, le crabe, que vous pourrez déguster sous plusieurs formes et cuissons dont le délicieux kanisuki (fondue). Impossible non plus de faire impasse sur les okonomiyaki, ces sortes de crêpes à base de choux, un emblème culinaire de la ville, très répandues dans tout le Japon.

Vous le comprendrez vite une fois sur place, le Japon est un pays éminemment gastronomique. Chaque ville a ses spécialités et en est extrêmement fière. Les restaurants, échoppes et bar à nouilles sont absolument partout et ouverts à toutes heures. On mange tout le temps et on se régale non stop.

DSC00168

ON VA ENSUITE LAISSER NOS GROSSES VALISES À LA RÉCEPTION DE L’HÔTEL POUR PARTIR À LA CONQUÊTE DE L’OUEST, DANS LES ÎLES !

Premier stop, Naoshima, l’île musée. C’est un pari fou et un projet incroyable. Le « Benesse Art Site » a l’ambition d’allier nature, art et architecture, et c’est gagné. Le résultat, une expérience à couper le souffle, surtout si on est amateur d’art contemporain.

L’île abrite pas moins de 7 musées, galeries et autres « projets d’art », dont trois d’entre eux ont été dessinés par le brillantissime architecte Tadao Ando. On peut également dormir dans le musée – oui dedans – à l’étage qui se trouve au dessus de l’exposition, nous donnant accès à la collection à n’importe quelle heure.

On peut donc déambuler au milieu de la nuit dans ce havre de béton à admirer ces oeuvres de renommée internationale, tout seul, dans le silence total. Une expérience étrange, presque Lynchienne, surtout si vous vous attardez devant le « 100 Live and Die » de Bruce Nauman après un repas bien (trop) arrosé de saké dans l’excellent restaurant de l’hôtel-musée… Moment surréel.

Bien entendu, l’hôtel est moderne, les chambres luxueuses, et la plupart offrent une vue imprenable sur la mer intérieure de Seto. Fabuleux. Offrez vous une nuit sur place et laissez-vous une bonne journée pour explorer l’île, ses musées et ses oeuvres disséminées ça et là.

Si les horaires de train et de ferry ne vous laissent le temps de n’en voir qu’un seul, il ne faut pas rater le « Chichu » notre préféré. Seulement trois artistes y sont exposés, et une seule oeuvre par artiste, certes pas des moindres : Claude Monet, James Turrell, Walter De Maria. C’est l’architecture du lieu ainsi que la mise en valeur des oeuvres qui rend l’expérience si unique et indélébile. On ne vous en dit pas plus pour garder un peu de mystère mais vous ne serez pas déçus, on vous le promet !

DSC00113

NOTRE PÉRIPLE CONTINUE ENCORE VERS L’OUEST, QUITTANT LA RÉGION DU KANSAI POUR CELLE D’OKAYAMA, EN DIRECTION DE LA VILLE D’HIROSHIMA OÙ ON NE S’ATTARDERA PAS, JUSTE LE TEMPS DE PRENDRE UN AUTRE FERRY À LA DÉCOUVERTE D’UNE AUTRE ÎLE, MIYAJIMA.

Une île si belle qu’elle est classée parmi les 3 plus beaux sites du Japon, et tellement riche qu’on dit d’elle que c’est le Japon en miniature.

La liste de ses attractions est longue : son village pittoresque qui regorge d’artisanat et de délices culinaires (huîtres grillées, gâteaux « Manju » etc), ses nombreux temples, son sanctuaire Shinto flottant et son grand Tori illuminé, le Mont Misen et ses vues panoramiques…

Un endroit tout simplement enchanteur, notre coup de coeur. Deux nuits ne seront pas de trop pour vraiment en profiter.

Pour rendre l’expérience vraiment inoubliable, on vous conseille de loger dans le sublime ryokan (auberge traditionnelle) « Iwaso ». Vestige du vieux Japon, son bâtiment en bois de la plus pure tradition Japonaise accueille les visiteurs depuis 1854. Vous pourrez vous relaxer dans les sublimes onsen (bains chauds), admirer la forêt d’érable et les daims depuis votre chambre au mobilier et tatamis traditionnels, et vous délecter d’un dîner de roi, apporté en chambre plat par plat par votre hôtesse en costume de geisha. Là, il n’y a aucun doute, vous y êtes.

DSC00123

ON REPART ENSUITE DANS LE SENS INVERSE, ET ON PASSE UNE NUIT À OSAKA POUR REFAIRE SON SAC. ON SE RÉVEILLE TÔT POUR NE PAS RATER UNE MIETTE DE LA PROCHAINE AVENTURE, QUI SE PASSE CETTE FOIS DANS LA MONTAGNE. 

Pour cela, on va prendre un petit train de campagne qui va s’enfoncer petit à petit dans une dense et magnifique forêt de cèdres, puis on grimpera dans un train à crémaillère pour gravir le Mont Koya et enfin rejoindre Koyasan.

Ce village monastique est le centre du bouddhisme Shingon au Japon et plus de la moitié de ses temples (environ une centaine) accueille les touristes en shukubo (hébergement en temple) et propose leur cuisine végétarienne monastique shojin ryori. Une expérience indiscutablement originale, une révélation pour certains.

C’est sûr, on gardera un souvenir marquant du délicieux tofu de sésame si crémeux, du cours de méditation « Ajikan », et de l’incroyable cérémonie du feu… Sans oublier la longue et si belle promenade dans le plus grand cimetière du Japon, datant de plus de 1 000 ans et niché au milieu de la forêt. Calme et sérénité absolue au programme, zénitude garantie.

 

DSC00661

UNE FOIS N’EST PAS COUTUME, ON REPASSE PAR NOTRE BASE, OSAKA, RÉCUPÉRER POUR LA DERNIÈRE FOIS NOTRE ENCOMBRANTE VALISE LAISSÉE DIRECTEMENT DANS UNE CONSIGNE DE LA GARE, POUR REPARTIR ILLICO SUR KYOTO, CETTE FOIS-CI DANS UN TRAIN MODERNE ET CONFORTABLE, CAR KYOTO C’EST LA VILLE CHIC DU JAPON !

Plus connue comme la ville aux deux mille temples, il serait criminel de ne pas en visiter au moins un : le temple d’or Kinkaku-Ji (le plus tôt possible le matin). Un temple qui s’intègre à la fois parfaitement au paysage naturel, mais qui s’y oppose complètement par son caractère fortement onirique. On voudrait crier au mirage.

On vous conseille également de louer des vélos électriques, surtout si vous voulez voir plusieurs temples, un moyen de transport très agréable à Kyoto (quand il ne neige pas…).

Kyoto c’est aussi la ville du Matcha, cette poudre de thé vert très fine, avec laquelle les Japonais font de tout : boissons, gâteaux, glaces, etc. Un délice à déguster sur place et à ramener dans ses bagages.

D’ailleurs, le meilleur endroit pour s’extasier, se régaler et acheter tout ce qui touche à la nourriture à Kyoto est sûrement l’étage épicerie des trois grands magasins que sont Takashimaya, Daimaru et Isetan, où toutes les spécialités et produits locaux et étrangers rivalisent en qualité, couleurs, formes et textures incroyables.

Toujours côté papilles, pour vos dîners en amoureux, on vous conseille la très jolie rue Pontocho où les vieilles maisons traditionnelles abritent de nombreux restaurants aux menus gastronomiques. Même si vous ne comprenez pas tout, faites leur confiance, ôtez vos chaussures, installez-vous confortablement sur le tatami, demandez un omakase (menu du chef) et laissez vous séduire par cette cascade de mets raffinés plus beaux les uns que les autres. C’est tout simplement divin.

Dans l’après-midi, une promenade le long de la rivière s’impose, surtout si vous avez la chance de voir Kyoto sous la neige, une image purement féerique. Vous pourrez ensuite vous réchauffer et vous restaurer au Kawa cafe (Français) dont l’entrée se situe dans une charmante petite rue.

DSC00203

IL Y A ÉVIDEMMENT BEAUCOUP DE CHOSES À VOIR ET À VISITER À KYOTO, MAIS ON LAISSE CETTE LISTE AUX GUIDES TOURISTIQUES QU’ON VOUS CONSEILLE FORTEMENT D’AVOIR SOUS LA MAIN, POUR TOKYO ÉGALEMENT.

Justement Tokyo, notre dernière étape.

Le Shinkansen (TGV de Japan Rail) relie les 2 villes plusieurs fois par jours en 3 heures environ. Ce sont des trains extrêmement modernes et confortables, et le paysage est superbe. Ce trajet fait donc partie intégrante du voyage.

Pour vivre l’expérience Japonaise totale, n’oubliez pas de vous acheter une belle bento (boîte déjeuner) à la gare, il y en a pour tous les goûts et tous les appétits.

Tokyo est une très grande ville, pas seulement horizontale mais verticale ! Beaucoup de commerces, bars et restaurants se trouvent en étages ou sous-sols, et peuvent faire moins de 2 m². Ils sont d’ailleurs souvent introuvables lorsqu’on essaie d’y rejoindre des amis…

On ne pourra donc pas voir toute la ville ni même la comprendre en quelques jours seulement, mais on pourra s’en imprégner en se laissant vagabonder dans ses différents quartiers et en appréciant leur richesse et leur diversité.

Les plus connus sont certainement ceux de Shibuya, Shinjuku et Asakusa, où se trouvent la plupart des attractions touristiques, mais on a aussi beaucoup aimé ceux de Takadanobaba (quartier étudiant) et Nippori pour leur authenticité.

L’autre manière de voir Tokyo, c’est d’expérimenter tout ce que cette folle ville a à offrir. Hormis la longue liste de lieux à voir absolument (les rues de Takeshita et Omotesando à Harajuku, le parc de Meiji, le marché aux poissons, le temple et les boutiques de souvenirs traditionnels d’Asakusa, le cimetière d’Aoyama, le Golden Gai etc), vous pourrez assister à un tournoi de sumo ou un match de baseball, chanter dans un karaoké, caresser des chats ou des chouettes dans un neko cafe ou owl cafe, boire un verre au roof-top bar d’un grand hôtel à la « Lost in Translation », et même plusieurs verres dans un bar à saké, ou encore vous faire une frayeur dans un manège diabolique du Tokyo Dome.

IMG_2717 copy

ENFIN GARDEZ-VOUS AU MOINS UNE JOURNÉE POUR ALLER À HAKONE VOIR LE MONT FUJI DEPUIS LE MAGNIFIQUE LAC ASHINOKO. 

Plus qu’un symbole et une fierté nationale (les Japonais l’appellent monsieur Fuji), c’est un lieu grandiose où vous vous sentirez connecté avec le Japon tout entier. Parfait pour terminer ce voyage en beauté.

Un dernier mot concernant le Japon, celui des saisons. Elles y sont très marquées et les Japonais les aiment toutes. L’hiver recouvre pratiquement tout le pays d’un épais manteau de neige qui rend ses paysages encore plus féeriques. L’automne et ses belles couleurs le transforment en un magnifique et gigantesque parc. Et le printemps y est vénéré pour la floraison des cerisiers (sakura) qui, il est vrai, en fait un véritable jardin d’Eden. On évitera seulement l’été qui est très chaud et humide, et porteur d’ouragans…

Pour terminer voici le mot à apprendre par coeur, le mot préféré des Japonais : oïshi, à prononcer très fort en mangeant, ça veut dire que c’est très bon !